Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Mar 30, 2015 in Conseils SEO | 5 comments

Les clés pour savoir si un backlink est une pépite ou une pomme pourrie

Les clés pour savoir si un backlink est une pépite ou une pomme pourrie

Dans la continuité de nos retours sur les conférences du SEO Campus, voici un compte-rendu celle de Kevin Richard, sur les backlinks. Encore au cœur de nombreuses conférences, le netlinking a fait parler de lui cette année. Au delà de savoir comment faire des liens, la question que l’on peut se poser, c’est comment savoir si ce lien est un avantage ou un inconvénient pour notre référencement.

Alors, pépites ou pommes pourries : comment reconnaître les bons liens dans ses backlinks ?

L’analyse de son site et de ses liens

Pour tout SEO, le pire cauchemar c’est de se réveiller un matin et de voir qu’on a perdu toutes ses positions, et par conséquent avoir à faire à une chute de ses visites. A cause d’une pénalité ou de négative SEO, ou encore comme ça, sans avoir rien fait, ça fait peur et il vaut mieux anticiper ce genre de situations.

Quelques questions récurrentes…

Si je me prends une attaque de négative SEO, que faut-il faire ?
Est-ce qu’un concurrent peut faire bouger les SERP ?
Est-ce qu’un concurrent peut me déclasser ?

Le bon réflexe !

Si on est attaqué par du négative SEO (pas joli, joli !), Google explique qu’il suffit simplement de supprimer les liens. Facile, non ? Et d’après Google, il est pratiquement impossible qu’un concurrent fasse bouger votre site des SERP.

Alors, le bon réflexe à avoir, c’est d’analyser si on est le seul touché. Il faut avoir une vision globale des SERP pour savoir si on est le seul touché par un déclassement. Sinon, un changement algorithmique pourrait être une première réponse.

Google a offert aux SEO l’outil de désaveu de liens dans GWT. C’est donc une façon de nous montrer que c’est à nous de surveiller nos liens.

outil-desaveu-GWT

On entend partout dire que le netlinking est mort (vive le netlinking !), hors si les liens étaient si morts que ça, pourquoi Google mettrait toujours à jour ses filtres comme Pingouin ou PayDay Loan ?

Comment savoir si son lien est une pépite ou une pomme pourrie ?

Kevin Richard nous a expliqué qu’il y a plusieurs dimensions dans un backlink à prendre en compte.

dimensions backlinks Kevin Richard

1. L’ancre

Constaté depuis Octobre 2014, l’abus d’ancres optimisées est dangereux pour la santé de votre site internet. Vérifié par Sylvain Peyronnet, l’idéal est de rester sous les 3% d’ancres optimisées.

Un conseil ?

Pour vos liens, n’utilisez plus d’ancre optimisée, mais mettez vos mots clés avant ou après le lien. Et lors de l’analyse de vos liens, Kevin Richard vous conseille de faire un premier tri par langue : tous les liens dont les ancres sont en coréen ou en russe, ça passe directement en désaveu (sauf marchés étrangers touchés bien sûr).

2. Le trust

Pouvoir mesurer si on peut avoir confiance dans le lien, c’est difficilement qualifiable.
Grâce à Majestic SEO et à ses deux indicateurs : trust flow et citation flow, on peut mesurer la valeur d’un lien.

Pour rappel :

  • Le citation flow est l’indicateur lié à la popularité de la page, au nombre total de liens qui pointent vers elle avec IP différentes. Plus la page a de liens qui pointent vers elle, plus le citation flow sera élevé. Le citation flow traduit la quantité.
  • Le trust flow est complémentaire au citation flow car il représente la qualité des liens qui pointent vers la page.

Majestic a une base de données d’un million de sites de bonne qualité sélectionné à la main. L’idée est donc de connaître son degré de séparation vers ces sites : 1 lien, 2 liens ou 36 ?

trust flow Kevin Richard

Comment vérifier le trust ?

En sachant combien de nos liens sont des liens VIP.

Grâce au rapport entre le trust flow et le citation flow, Kevin explique qu’en dessous de 50%, attention c’est probablement un mauvais lien. Aux alentours de 70%, c’est la moyenne, on peut donc le conserver, à plus de 100%, c’est magnifique.

A titre d’exemple, le site Abondance.com possède un trust flow de 54 et un citation flow de 41.
Opération mathématique de grande envergure : 54 / 41 * 100 = 132%
Conclusion : le site Abondance possède de magnifiques liens !

3. Le juice

Beaucoup de gens aiment encore regarder cette petite barre verte du Page Rank, mais il suffit d’écouter ou de lire quelques retours des conférences des Frères Peyronnet pour savoir que ce Page Rank est inutile. Il n’y a que le vrai Page Rank qui compte

4. Le clic

Avoir un lien, c’est bien, qu’il soit cliqué, c’est mieux.

Un lien qui génère beaucoup de clics peut donc très bien se positionner. Puisqu’on parle du site, on gagne de la notoriété, on envoie donc un signal de trafic pur, le positionnement s’améliore.

5. Le do / no follow

D’un point de vue strictement SEO, un lien « nofollow » ne rapporte rien du tout.
A savoir, souhaitez-vous que tous vos liens vous apportent quelque chose ?

6. Le contexte

Plus le lien est dans un contexte et a du sens dans ce contexte, plus il a de la pêche. La rédaction et l’optimisation de contenu ont donc encore de beaux jours devant eux.

love-the-smell-of-backlinks

Comment bien catégoriser un lien ?

Excel est l’outil qui sera le plus utile pour catégoriser ses liens, grâce à un tableau qui reprend le trust flow, le citation flow, le ratio entre les deux, l’ancre, le TLD, l’IP, le serveur, le nombre de liens sortants (si on a un lien parmi 30 000 autres, cela vaut-il vraiment le coup ?), etc.

Faut-il supprimer ses liens d’un site pénalisé par Pingouin ?

Un site qui s’est pris Pingouin ne va plus remonter sur la majorité de ses mots clés. Cependant, on sait qu’il possède toujours la puissance en terme de liens. Google lui accorde toujours du crédit. Donc cela vaut peut-être le coup d’aller se positionner dessus…

Comment trouver rapidement ses pommes pourries ?

Prenons tous les domaines référents et regardons les serveurs qui ne sont pas dans les pays où il y a des sites de qualité type Russie, Chine, Corée, Ukraine, Brésil, etc., et mettons les dans la case « liens de mauvaise qualité ».
Idem en sortant tous les TLD qui ne sont pas en .fr, .com, .edu. .gouv., etc.

En faisant ça, notamment grâce au logiciel de Kevin, SEObserver, on peut rapidement supprimer pas mal de mauvais liens.

Comment fonctionne le désaveu ?

C’est un simple fichier de config de Googlebot où les liens passent en nofollow pour votre site. Il est pris en compte entre 3 et 10 jours environ. Il est important de refaire passer le crawler sur les pages, surtout où il y a des liens désavoués pour que Google les prenne bien en compte.

 

Le conseil de Kevin

Majestic recense mieux les liens que GWT. Une fois que les liens sont pointés par Google dans GWT, c’est quasiment trop tard. Il vaut donc mieux se fier à un outil tel que Majestic pour l’analyse de ses liens.

Notre avis

Cécile
Je pense que Kevin nous a donné de bonnes clés pour identifier ses liens. Ça l’est depuis des années, mais les liens sont une bonne source pour s’arracher les cheveux en tant que SEO. Mais grâce à des outils mis à notre disposition, on peut s’en sortir. Comme quoi, il y a encore un peu d’entraide chez les SEO 😉

Sophie
Kévin nous a proposé une conférence vraiment instructive ! En croisant des données issues d’outils différents, il est possible de mettre en place des méthodes pertinentes d’analyse de liens, de gagner du temps dans la recherche de backlinks et d’automatiser des fichiers de désaveu. Une façon claire et « simple » d’auditer ses liens, de mettre en place des actions appropriées rapidement tout en limitant le travail dans l’urgence. Merci à lui !

 

A propos de

5 Comments

  1. Merci pour ce rappel important. Il est vrai que notre métier de référenceuse passe souvent par une première étape de désoptimisation d’un site : mauvais liens, mauvaises ancres, mauvais contenus… Cet énorme ménage nécessite de définir des indicateurs fiables : page rank toolbar VS Page Rank !
    Produire des contenus naturels, des liens naturels pour toujours faire plaisir aux robots de Google mais surtout aux Internautes !

  2. Personnellement, je suis contre l’idée d’aller déposer un lien sur un site pénalisé par Pingouin. Si le site a subi une pénalité Pingouin, c’est qu’il a mauvais un profil de lien. Quand on sait que Google crawle tout le web, avoir des liens provenant de sites pénalisés n’est jamais bon. Le mauvais jus peut se transmettre également. Enfin ce n’est que mon point de vue personnel. Pour le désaveu des liens, je crois que ce n’est pas très bien dit. Les backlinks désavoués ne passent pas en « nofollow » (qui est un attribut), ça serait trop beau ! Ils sont tout simplement arrêtés d’être pris en compte par Google pour votre site, mais les liens sont toujours en « dofollow ». Après, c’est sûr qu’il y a forcément un délai d’attente.

    • Je suis d’accord avec Stéphane. Poser un lien de qualité prend de plus en plus de temps quelque soit la technique employée. Donc quand je passe du temps, j’essaie de maximiser mes chances.

      En plus lorsqu’on voit la difficulté de sortir d’une pénalité Penguin, il est possible que le webmaster du fameux site, le laisse tomber. Et on ne sais jamais si cette règle ne pourrait pas changer dans les prochaines versions de Penguin.

      Donc je préfère ne pas prendre de risques

    • Comme Stéphane, je suis contre cette technique, 1ère fois que j’entends cela. Un site pénalisé est une bombe à retardement et le jeu n’en vaut pas la chandelle.

  3. Merci beaucoup pour ces précieux conseils !

    Cet article m’a beaucoup aidé, j’ai trouvé les réponses à mes questions que je cherchai et plus précisément les caractéristiques qui font la qualité d’un lien.

    Pour mon Trust Flow et Citation Flow, après avoir effectué le calcul, je suis à 57%. Il y a encore de pain sur la plance !

    Merci,
    Adrien,

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *