Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Mar 25, 2014 in Conseils SEO | 3 comments

Les microdatas, la solution vers un web de données ?

Les microdatas, la solution vers un web de données ?

Le SEO Campus est l’événement au cœur du référencement en France, c’est pourquoi nous n’avons pas été surprises de trouver au programme la conférence sur les Micro datas, rich snippets et le site schema.org. Conférence animée par Yann Sauvageon, de la société Synodiance.

« Vers un web de données », qu’est ce que ça signifie ?

Avec l’arrivée du petit dernier de Google, Hummingbird, les termes « web sémantique » et « web de données » sont arrivés au cœur des discussions des référenceurs. Cependant que faut-il mettre en place pour arriver à un web de données ?

Le début du web de données commence avec l’apparition des rich snippet, ces données enrichies qui permettent d’avoir des informations sur un site internet directement depuis le moteur de recherche, en 2008 sur Yahoo et en 2009 sur Google. Ce sont les SEO qui sont à l’origine de l’affichage de ces données sémantiques.

En effet, les données enrichies sont utilisées pour que les robots puissent comprendre ce que les SEO souhaitent mettre en avant sur les sites. Cependant, il a fallu se mettre d’accord sur une syntaxe précise et unique afin d’en simplifier l’utilisation. En effet, en 2010, seulement 0,5% des sites utilisaient les données enrichies sur les sites, car il y avait trop de syntaxes disponibles.

Le web de données est donc l’idée de donner des informations précises et complètes aux robots des moteurs de recherche pour qu’ils puissent les comprendre. Un robot ne comprend pas ce qui est écrit sur une page, contrairement à l’Homme, c’est pourquoi les données sémantiques servent à extraire les données majeures pour que les robots puissent les comprendre.

La naissance du site schema.org et ses conséquences

Retour sur quelques dates…

En Avril 2010, Steve Jobs explique qu’Apple préfère désormais coder en HTML5 plutôt qu’en Flash afin de pouvoir y intégrer des microformats. Et c’est en Juin 2011 que le site schema.org est créé.
Schema.org est une véritable syntaxe créée par Google, Bing et Yahoo. Il est validé par le W3C en Octobre 2011 et en Novembre 2011, Yandex, le moteur de recherche russe adopte ce standard.

Schema.org est donc la bibliothèque de référence pour les microdatas dans le monde.

La possibilité de donner une définition aux objets qui composent une page

Yann Sauvageon explique simplement que Schema.org est une syntaxe, c’est donc une meilleure façon de coder son site.
Les microdonnées intégrées au langage HTML5 + le vocabulaire c’est à dire la sémantique appropriée = une définition complète des éléments de la page.
C’est donc, soyons clairs, le meilleur moyen de faire comprendre aux moteurs de recherche, ce que nous avons sur notre page.

Microformat_recette

 

Exemple de balisage par Schema.org pour les recettes « Recipe »

L’affichage dans les rich snippet

Schema.org a pour but d’afficher des extraits enrichis, que ce soit des vidéos, des prix, des produits (à savoir s’il est en stock, s’il y a une offre promo, etc.), des avis, etc. Il y a de nombreuses propriétés qui sont utilisées pour définir un produit. Toutes ne sont pas encore affichées sur Google. Mais l’on voit l’arrivée sur Google (version US) l’apparition de filtres pour trier suivant des spécificités qui sont, je vous le donne en mille, des composantes des microdatas.

Gateau-chocolat_avis

Exemple d’affichage de rich snippet pour les recettes via Marmiton.org

En conclusion : faut-il toujours utiliser les microdatas ?

J’aimerais répondre que oui, c’est mieux d’utiliser des microdatas pour baliser un site. Cependant il est nécessaire de repérer l’élément central à mettre en avant sur sa page. Utiliser trop de microformats, et le risque ne serait-il pas de perdre le robot quand à l’information la plus importante qu’il doit mettre en avant dans les rich snippets ?

Les microdatas n’influencent pas le positionnement d’un site à l’heure actuelle, mais une chose est sûre, elles influencent bien le taux de clics. En effet, avoir un avis ou une image incite l’internaute à cliquer pour en savoir plus. Ces données sont très utiles pour les e-commerçants qui aujourd’hui, n’ont pas encore tous sauté le pas de baliser leurs sites.

De plus, un bon trust rank associé à des microdatas permettra de bien se positionner à l’avenir sur Google, car comme Matt Cutts l’a dit, plus Google a confiance en notre site, plus il fera ressortir les rich snippet. Si Google n’a pas confiance en notre site, il n’affichera pas les rich snippet, et donc nous perdrons en visiteurs potentiels.

Et vous, allez-vous vous mettre aux microdatas pour vos sites, si ce n’est déjà fait ?

La conférence de Yann Sauvageon disponible ici

Photo de couverture par seocamp

A propos de

3 Comments

  1. Bonjour, merci de partager votre vision des « données sémantiques »

    Ce que j’aime à penser c’est que les « Rich Snipets » sont un cadeaux que nous fait Google pour nous amener vers les microdatas. Je pense qu’ils ont créés une « carotte » afin que les développeur enrichissent les pages, que les moteurs pourrons de mieux en mieux digérer et analyser.

  2. Les microdatas sont de formidables outils pour rendre plus compréhensible une page pour les moteurs de recherche, mais surtout comme vous le dite pour bénéficier d’un affichage enrichi sur les SERPs et donc potentiellement d’un meilleur taux de clic.

    Je pense que cela aide le moteur de recherche à savoir quoi mettre en avant, par contre je reste perplexe sur l’utilité pour mieux cerner l’objectif de la page, je pense qu’il s’en sort très bien sans (d’ou l’absence de gain pour le référencement).

  3. Salut !

    Je voulais juste vous remercier pour vos articles qui sont très clairs et qui parlent aux novices comme moi. Je suis actuellement en train de créer mon premier site et si l’on croule sous les sources d’informations, celles-ci contiennent souvent du jargon qui n’est pas expliqué, et il est extrêmement difficile de comprendre le traître mot !

    Voilà, tout ça pour vous remercier Cécile et Sophie ! Beau boulot 🙂

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *