Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Mar 23, 2015 in Conseils SEO | 5 comments

SEO Camp’us : 5 avis de référenceurs sur le netlinking en 2015

SEO Camp’us : 5 avis de référenceurs sur le netlinking en 2015

Jeudi 19 mars 2015 à 11h, nous assistons à la conférence « 5 avis de référenceurs en 5 minutes sur ce qu’il faut penser du netlinking en 2015 » au SEO Camp’us. 5 minutes pendant lesquelles chaque référenceur donne son opinion sur les évolutions à venir des stratégies de netlinking.

Laurent Peyrat – le paradoxe de la création de liens, passer en force ou rester mignon

C’est Laurent Peyrat qui commence. De son point de vue, la création de liens a subi trop d’abus autrefois. On pouvait spammer « comme des gorets » car il y avait peu de concurrence dans les SERP donc le moindre lien, quel qu’il soit, était efficace.
La création de liens en masse a pris de plus en plus d’ampleur puisqu’il s’agissait d’opérations peu onéreuses pour de bons résultats. « Les petits gorets sont devenus des gros cochons bien gras ».
Face à la multiplication de liens de faible qualité, Google a réagi et a entrepris de démanteler les réseaux de sites et de liens en 2-3 ans, entre 2008 et 2010.
Depuis cette époque, le référencement a changé avec cependant une constante : un lien reste un lien et ça marche. Seulement, on se retrouve face à un paradoxe.
La création de lien provoque des résultats efficaces mais aussi un risque de pénalité.
Et si on ne créé pas de liens, les concurrents vont continuer à en créer sans se faire pénaliser et passer devant.

2 tendances se dégagent :

  • Rester mignon par la création de liens naturels, de qualité avec un travail sur le contenu, qui sera ensuite partagé sur les réseaux sociaux ainsi que par la mise en place d’une stratégie de branding. On aura peu de liens (2-3 par mois), des liens qui coûtent cher car peu détectables ou obtenus par des opérations de communication. Une stratégie extrêmement efficace et pérenne mais coûteuse et chronophage.
  • Passer en force : En partant du principe que Google met trop de temps à pénaliser les liens factices, le temps qu’il le fasse je suis rentable, et j’ai d’autres outils sous la pédale. La pénalité est prise en compte et évaluée dans le temps pour avoir du résultat, cette dimension est incluse dans la stratégie.

Laurent Peyrat explique qu’il existe de moins en moins de place entre les deux tendances. Il devient difficile de mélanger ces deux stratégies. Entre les 2 extrêmes, il n’existe pas de stratégie réellement efficace. Et pour lui, il n’est pas possible actuellement de dire si oui ou non, les backlinks vont être supprimés de l’algorithme de Google.

Guillaume Peyronnet : devenir un site de confiance auprès de Google

Pour Guillaume Peyronnet, les liens doivent être abordés sous l’angle de la confiance. L’enjeu principal de la création de liens est d’obtenir assez de confiance de Google pour que, peut importe les liens, Google n’en tienne pas compte.

Si Google a mis en place un filtre, c’est que les abus fonctionnaient. Il faut réussir à gagner de la confiance supplémentaire.

Comment gagner la confiance de Google ?

Pour être jugé « site de confiance », il faut être recommandé par un tiers, être lié à des sites jugés de confiance par Google : plus le site sera lié à des sites de confiance, plus il montera, ce qui permet de passer au maximum à travers les différents filtres.
Pour Google, le problème majeur est le webspam qu’il ne sait pas détruire.

Qui sont les sites de confiance ?

Les sites de confiance sont :

  • Les sites en .edu et .gouv qui sont des extensions de noms de domaines soumises à des conditions d’obtention
  • Les sites institutionnels
  • Les sites de référence comme Wikipédia

Guillaume Peyronnet recommande de faire un liste à la main des sites dits « de confiance », un peu comme le ferait la search quality team de Google.

Il conclut en annonçant qu’il faut qu’une bonne partie des liens d’un site soit issue de sites de confiance mais qu’il faut garder à l’esprit qu’un lien est un lien, de confiance ou pas.

Guillaume Doki Thonon : rendre ses liens légitimes

Pour Guillaume Doki Thonon, il s’agit avant tout de rendre ses liens légitimes. Les critères de liens ont changé.
Avant, Google jugeait un lien sur l’ancre, la qualité du support. Maintenant, il juge sur la légitimité : pourquoi ce lien ici et maintenant ? Quels contenus sont partagés ? Les indices sociaux sont un indicateur de qualité.

Une bonne stratégie de linking c’est :

  • Avoir des actualités à partager,
  • Linker les pages profondes (actualités, contenus mis à jour) plutôt que la homepage,
  • Si ces techniques sont parfois impossibles car les contenus sont pauvres ou peu mis à jour, il recommande la création de liens vers les concurrents.

Cette stratégie possède selon lui un double bénéfice :

  • Le référenceur : la discrétion, un référencement et une notoriété boostés,
  • Le blogueur : éviter l’aliénation du lectorat, un travail de rédaction et d’animation plus intéressant.

Aymeric Bouillat : l’association de défense du netlinking

Aymeric Bouillat débute sa conférence en nous présentant l’ADN, l’Association de Défense du Netlinking. Les blacklinks sont l’ADN du moteur de recherche. Le netlinking ça marche, et c’est bien ce qui pose des problèmes à Google.
Le content marketing c’est bien beau mais il faut que le contenu soit vu et lu. Google détecte le webspam, mais il n’est pas en mesure de détecter les hackers d’où la présence des quality raters.
En 2015, on enlève ses gros sabots et on fait du netlinking plus subtil.

Du guest blogging ? Oui, mais il faut avoir quelque chose à raconter, à avancer. Il existe un manque à gagner dû au manque de communication entre le marketing et la communication. De nombreuses possibilités de création de liens sont perdues à cause d’un manque de collaboration avec le client. Il faut sérieusement se poser la questions des sites qui pourraient nous faire des liens bénéfiques, en mettant en avant ce que eux gagneraient à nous faire un lien. Il faut sortir du lot avec des demandes d’échanges de liens concrètes, par téléphone plutôt que par mail, en mettant en avant les avantages de la création de liens.

Sandrine Bertrand : le problème du netlinking en 2015, c’est vous !

La création de liens en 2015 commence d’abord par un état des lieux de tout ce qui a été fait avant. Il faut nettoyer le « bordel de liens » créé précédemment avant d’en acquérir de nouveaux.
Il s’agit de faire un grand ménage dans ces liens ou de cacher ceux que l’on souhaite vraiment conserver.
Il faut débuter par un audit de l’ensemble du profil de liens. Souvent, un référenceur aura tendance à en garder une bonne partie bien que les liens conservés soient plus que douteux. Il existe une part d’affection par rapport à la création de liens. On a eu du mal à les obtenir par le passé alors on ne veut plus les lâcher.

Alors le plus gros problème du netlinking en 2015 c’est le référenceur car :

  • Il ne supprime pas forcément les liens qu’il devrait supprimer (psychose, affect),
  • Il ne se lance pas dans la recherche de liens de qualité, faute de temps ou de moyens financiers.

Trouver un lien de qualité est chronophage et onéreux mais ça fonctionne alors le référenceur doit se faire violence et se lancer !

Notre avis

Sophie
Personnellement, je suis 100 % en accord avec l’avis de Sandrine Bertrand. La recherche de liens est souvent compliquée et on aurait tendance à nous tourner vers les solutions de facilité et à conserver de vieux liens qu’on affectionne particulièrement, bien qu’ils puissent nous porter préjudice.
Pourtant le métier de référenceur est en constante évolution, ce qui nous pousse à défaire ce que l’on a pu faire autrefois et c’est ce qui le rend passionnant. J’aurais plutôt tendance à adopter la tendance « rester mignon » de Laurent Peyrat.

La création de liens de qualité est devenue subtile, chronophage et onéreuse mais une chose reste certaine pour le moment, un lien est toujours aussi efficace pour booster votre référencement !

Cécile
Plutôt de l’avis d’Aymeric, je pense qu’aujourd’hui il est nécessaire de bien dialoguer avec son client pour savoir où l’on pourrait avoir des liens de qualité. Car des partenaires dans la vraie vie peuvent aussi être des partenaires sur internet.
Après comme le précisait Sandrine, il est dommage de vouloir conserver son lien sur un .gouv ou .edu, parce qu’on l’aime bien, même s’il ne rapporte rien. Il faut arriver aujourd’hui à informer et à former le client sur les techniques de netlinking pour que le bouche à oreilles de la vraie vie soit retranscrit sur le web.

Et vous quel est votre avis sur le netlinking en 2015 ?

Crédit photo : Association SEO Camp

A propos de

5 Comments

  1. Ah, voici l’un des premiers retours du SEO Campus 2015 que je me permet de lire. Malheureusement, je n’étais pas présent cette année mais comme toujours, les comptes-rendus et les supports de conférence ne se font pas attendre.

    Merci Sophie pour ton article qui permet de dégager la grosse tendance de cette année. Donc, le linking est toujours de la partie mais de manière plus légère (déjà dit l’année dernière). Finalement, peu de choses changent sauf le fait de devoir faire un peu de ménage comme le souligne Sandrine.

    • Bonjour !
      Merci pour votre commentaire.
      Effectivement, les référenceurs étaient tous d’accord pour dire que les liens sont toujours primordiaux dans une stratégie de SEO performante.
      Concernant l’avis de Sandrine de commencer par faire du ménage, Cécile prépare un article compte-rendu sur la conférence « Pépites et pommes pourries : comment reconnaitre les bons liens dans ses backlinks ? », avec des pistes à explorer pour nettoyer et optimiser son profil de liens.
      Nous le partagerons sur nos réseaux sociaux dès qu’il sera en ligne !

  2. J’ai lu l’article avec beaucoup de soin, je trouve les arguments de Sandrine un peu trop « fleur bleue », par contre les arguments des autres interlocuteurs sont très intéressant.

    Google n’a pas pu changé la base de son algorithme, il s’est contenté, comme toujours de mettre en place un grand nombre de moyen de détecter le mauvais linking. Je pense qu’il faut privilégier plus la qualité, effectivement, mais ne pas oublier la notion quantitative.

  3. Bonjour,

    Merci pour cette article, les points de vues sont intéressants et assez complémentaires.
    Je suis assez d’accord sur le fait qu’il faut collaborer avec le client sur ses potentiels partenaires qu’il pourrait avoir pour justement créer du lien.

    Néanmoins j’ai l’impression que faire des échanges de liens concrets par mail (par téléphone jamais fait) ne mènent pas souvent au résultat souhaité. Les demandes restent souvent sans réponses et on passe pour des spammeurs.

  4. Bonjour,

    Je viens de tomber sur cet article et il est plutôt pertinent sur l’évolution de l’impact des backlinks sur le référencement naturel. Il me parait improbable que Google décide de supprimer ce critère, au pire il pourrait en modifier son poids dans l’algorithme. Mais du coup il deviendrait difficile de juger de la qualité d’un site sans ce critère, je parle des backlinks sains, ceux acquis par la qualité du contenu et non par une inscription sauvage à de nombreux annuaires.

    Le sujet amène aussi une réflexion sur le ratio temps passé/gain, comme vous je tente d’obtenir des liens retours de qualité, en contactant les webmasters par email etc. mais aujourd’hui les retours sont modestes et on pourrait être tenté d’abuser des annuaires et autres techniques pas très clean.

    Bon, je retourne à ma stratégie de netlinking. Encore merci pour cet article.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mes petites notes du Seo Campus Paris 2015 (Partie I)Miss SEO Girl - […] Si vous souhaitez aller plus loin sur le netlinking, je vous invite à lire un article sur le blog…

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *